Dans les années 1730, le modèle de l’opera seria se généralise dans l’Europe entière et les chanteurs, soprano et castrat en tête, deviennent de véritables « diva » que l’on se dispute de Naples à Saint-Pétersbourg. Compositeur en vogue mais également brillantissime « producteur », Haendel puise pour sa nouvelle pièce Partenope dans le vaste répertoire des livrets italiens circulant à l’époque. L’opéra de Leonardo Vinci avait triomphé sur ce même livret cinq ans auparavant à Venise mais surtout il y trouva moyen de mettre en valeur les voix les plus aigües (soprano, castrat et ténor), celles-là mêmes dont raffolait le public londonien. Partenope narre donc l’histoire de la légendaire et fondatrice reine de Naples courtisée par trois prétendants (Emilio, Arsace et Amindo). Ouvrage empreint d’une infinie séduction et d’une grande théâtralité, la richesse d’invention musicale du Caro Sassone y atteint des sommets de délicatesse. Les conflits ensanglantent ici bien plus les cœurs que les champs de bataille et cette partition foisonnante et charmeuse en diable, recèle quelques purs joyaux vocaux dont Haendel reste un incontestable maître en la matière.

Philippe Jaroussky: Arsace

Karina Gauvin: Partenope         

Emoke Barath: Armindo     

Teresa Iervolino: Rosmira   

John Mark Ainsley: Emilio  

Luca Tittoto : Ormonte        

Il Pomo d’Oro - Riccardo Minasi, direction

Parution le 6 novembre

En concert le 13 janvier 2016 au Théâtre des Champs-Elysées